Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 08:00

Les fables de La Fontaine:

 

L'INGRATITUDE ET L'INJUSTICE DES HOMMES

ENVERS LA FORTUNE

 

 

 

http://i46.tinypic.com/244y4nd.jpg

 

 

 

 

Un trafiquant sur mer par bonheur s'enrichit.

Il triompha des vents pendant plus d'un voyage,

Gouffre, banc, ni rocher, n'exigea de péage

D'aucun de ses ballots; le sort l'en a affranchit.

Sur tous ses compagnons Atropos2 et Neptune

Recueillirent leur droit tandis que la Fortune

Prenait soin d'amener son marchand à bon port.

Facteurs3, associés, chacun lui fit fidėle4.

Il vendit son tabac, son sucre, sa canėle

Ce qu'il voulut, sa porcelaine5 encor:

Le luxe et la folie enflèrent son trésor;

Bref il plut dans son escarcelle.

On ne parlait chez lui que par doubles ducats 6.

Et mon homme d'avoir chiens, chevaux et carrosses.

Ses jours de jeûne étaient des noces.

Un sien ami, voyant ces somptueux repas,

Lui dit: Et d'où vient donc un si bon ordinaire!

- Et d'où me viendrait-il que de mon savoir-faire ?

Je n'en dois rien qu'à moi, qu'à mes soins, qu'au talent

De risquer à propos, et bien placer l'argent.

Le profit lui semblant une fort douce chose,

Il risqua de nouveau le gain qu'il avait fait:

Mais rien, pour cette fois, ne lui vint à souhait.

Son imprudence en fut la cause.

Un vaisseau mal frétė7 périt au premier vent.

Un autre mal pourvu des armes nécessaires

Fut enlevé par les Corsaires.

Un troisième au port arrivant,

Rien n'eut cours ni débit. Le luxe et la folie

N'étaient plus tels qu'auparavant.

Enfin ses facteurs le trompant,

Et lui-même ayant fait grand fracas, chère lie,

Mais beaucoup en plaisirs, en bâtiments beaucoup,

Il devint pauvre tout d'un coup.

Son ami le voyant en mauvais équipage,

  Lui dit: - D'où vient cela ? - De la fortune, hélas !

- Consolez-vous, dit l'autre; et s'il ne lui plaît pas;

 Que vous soyez heureux; tout au moins soyez sage.

Je ne sais s'il crut ce conseil;

 Mais je sais que chacun impute, en cas pareil,

Son bonheur à son industrie,

Et si de quelque échec notre faute est suivie,

Nous disons injures au sort.

 Chose n'est ici plus commune:

Le bien nous le faisons, le mal c'est la fortune,

On a toujours raison, le destin toujours tort.

 

 

 

http://i49.tinypic.com/2w39xg5.jpg

 

 

L'INGRATITUTE ET L'INJUSTlCE DES HOMMES

ENVERS LA FORTUNE

 

 

I. Source: Abstemius; L'homme qui disait qu'il était la cause de son bonheur, et la fortune la cause de son malheur. Un avare, qui entendait dire que rien n'est plus lucratif que le commerce, vendit son patrimoine et se mit à naviguer. la Fortune lui fut favorable et en peu de temps il amassa de trės grandes richesses. Comme un ami lui demandait comment en si peu de temps il avait entassé tant de biens: (( Par mon habileté )) , dit-il. Mais non content de tant de richesses, il voulait s'enrichir encore. Il fit deux ou trois fois naufrage, perdit ses richesses et tomba dans la plus grande indigence. On lui demanda pourquoi, riche comme il l’était auparavant, il était tombé dans une telle pauvreté ! {{ C'est la Fortune }, répondit-il. La Fortune entendant cela en fut vivement peinée, et l'appela ingrat, lui qui voulait être lui-même la cause de son bonheur et que la Fortune fût cause de son malheur. La fable montre qu'agissent mal ceux qui attribuent leur bonheur à leur propre industrie, l'adversitė ȧ la Fortune.

2. Atropos: la Parque (les divinités maîtresses de la destinée humaine, de la naissance à la mort) .qui coupait le fil de la vie.

3. Facteur : commissionnaire de marchand, celui qui achète pour d'autres marchands des marchandises ou les vend en leur nom.

4. Fidèle: honnête. Cf. Les femmes savante: d'une servante qu'on chasse le maître demande: _{ L'avez-vous surprise à n'être pas fidèle ?

(5. Cannelle: drogue aromatique qui vient de Ceylan.

 porcelaine: espèce de poterie fine et précieuse qui vient de la Chine... Il est constant par les dernière relations des voyageurs qu'elles _les porcelaine se font d'une terre fossile, laquelle ne se trouve qu'en la province de Kiangsy dans la Chine; encore c'est dans un seul bourg de cette province qu'on fait la belle porcelaine dont on fournit le reste du monde. }} (Fuf.) _ On voit que le commerce du trafiquant se fait avec les Indes occidentales. La porcelaine, produite uniquement en Chine, était un luxe et une folie.

 - La ponctuation de La Fontaine (pas de virgule après canèle) engage à comprendre {ce qu'il voulut}:  le prix qu'il voulut.

6. { Doubles ducats: espèce d'or d'Espagne qui, au temps de Henri III, valait six livres quatre sous... Sous le règne de Louis XIII, il y avait une autre sorte de double ducat,... qui valait dix livres. (Rich.) _ La lecture de Richelet et Furetiėre semble faire entendre que l'alliage dont étaient faites ces pièces étrangères était coté très haut.

7. _Mal frété: le fret, à l'origine: le prix du transport; d’où par extension la cargaison. Deux sens possibles à mal frėtė: la cargaison est mal arrimée, ou plus en général: vaisseau mal équipé .

 

 

 

____________________________________________

 

 

 

_ Quand en est il aujourd'hui de la morale de cette fable? On s'aperçoit que rien a changé. Prenons pour exemple nos politiques qui nous mènent en bateau depuis des décennies. Lorsque tout allait bien, ( celà se passait voici de nombreux lustres ) , nos politiques fièrement s'attribuaient les bénéfices de la bonne santé de l'économie. ils disaient : _ J'ai fais ceci, j'ai fait cela, J'ai préconisé ceci et nous avons réussi.

Tout allait pour le mieux dans le meilleur des monde. Le peuple n'était mis à contribution que légèrement, les impôts étaient supportables et surtout toute la population en âge de travailler avait un emploi. Cette situation n'allait pas durer

Après 1981 sur les recommandations de nos commissaires européens ils ont introduit l'économie libérale. On nationalise les banques, les administrations, tous nos services publics que l'on donne presque gracieusement à des sociétés privés.  Alors, depuis on s'aperçoit que au fur à mesure que l'on nous a déposédé de notre patrimone, l'économie se dégrade, les impôts écrasent le peuple, le chomage durable s'intalle, Les services publics disparaissent, plus rien ne va.  Tout comme dans la fable de la Fontaine le bâteau coule, et nos politiques comme dans la fable de La Fontaine attribue cette catastrophe non pas à la Fortune, mais à la crise. La crise qui a bon dos,  cette crise est entièrement le produit de leurs incompétences et à aucun moment ils ne se remettent en cause.  A chaque réforme ils reproduisent les mêmes erreurs.

Le monde est ainsi nous ne pouvons pas le changer sauf en se révoltant les déboulonnant de leurs piédestales comme l'on fait les Islandais.

 

 

Je souhaite toutes et à tous une très bonne journée.

Dan

Partager cet article

Repost 0
Published by France Dan - dans année 2012
commenter cet article

commentaires

Elena800 13/11/2012 02:37


Passent les siècles mais la nature humaine ne change pas et les rapaces le resterons, les avares aussi ! J'aime bien cette fable. Bisous

Ophrys 13/11/2012 00:36


Bonsoir Dan ..
Tu es déçu ? et nous donc ..mais l'histoire ne s'arrête pas la , le plus triste reste a venir ..Aussi  tournons  nous  vers  ce  qui  en vaut la  peine
.. l' amour , l' amitié , l'affection ..Bonne  semaine  mon ami  lointain ..
Gros  bisous ..
Nicole ..

Présentation

  • : Le blog de France Dan01
  • Le blog de France Dan01
  • : De tout de rien du temps qui passe
  • Contact

Compteur de visites

Recherche

Pages

Catégories